Présentation et parcours

Fernando Martín est né en 1963. Il a suivi une formation classique et moderne en Espagne et à l’école Mudra à Bruxelles. Après ses études, il est engagé par le Ballet de Barcelone, La Dart Cia de Dansa et le Teatro del Liceo. En 1989, il retourne en Belgique pour rejoindre la Cie Archipel Sud. En 1991, il se joint à la Cie Pierre Droulers et, entre 1992 et 1995, danse pour la Cie José Besprovany.

En 1996, il fonde sa propre compagnie, en tandem avec Mònica Martí Aguiar, avec qui il signera ses premières chorégraphies et ce, tout en continuant à mettre son talent au service de créateurs comme Alexander Barvoets, Eric Raeves, et Bud Blumenthal. En outre, ces dernières années, il a collaboré avec Michèle Noiret en tant qu’assistant et répétiteur sur Territoires intimes (2004) et a dansé dans Les arpenteurs (2008) de Michèle Noiret. Pour José Besprosvany, il était assistant et interprète pour 9 (2007-2008) et a dansé dans À propos de Butterfly (2009-2010).

Avec les créations Te Forras (1996) et Bubulebetó (1997), la Fuepalbar Cie s’est rapidement forgé un caractère singulier en entremêlant esprit ludique et abstraction, danses dites «populaires» ou traditionnelles et phrasée aux géométries contemporaines.

Fernando Martín poursuit ensuite seul cette exploration d’une danse de contrastes puisant tout autant dans le poétique et dans l’humour, jouant tout autant de la puissance physique que de l’intériorité.

En 1998, il signe un solo ¿Pero que dice, Tolgaz?, suivi l’année suivante par Mismorigen (1999), duo résolument ludique mené avec son frère Julián, confrontant flamenco et danse contemporaine à travers le thème des relations fraternelles (prix de la S.A.C.D. de la création chorégraphique).

Après quoi, il crée deux pièces de groupe: Ten-Sueño (2002), quatuor glissant entre théâtre et danse, douleur et désir, le tout imprégné de teintes baroques ; Mordre à travers (2004), trio dans lequel il explore plus radicalement l’abstraction de son langage, une certaine noirceur ou intensité sombre, aussi.

Retour aux duos par la suite: Drink your wine in my glass (2006), avec Sarah Piccinelli, qui rassemble toutes les spécificités de sa signature (Nomination au Prix du Théâtre et de la Danse 2006, catégorie Meilleur Spectacle de Danse) et Ensimismados (2007), une pièce d’une toute autre couleur (plus «surréaliste» frivole), en compagnie de la chanteuse-musicienne Carmen ‘La Molinera’.

Pour arriver aujourd’hui à un projet: So call me I.K. & friends, pièce entre trois volets pour cinq interprètes dont une des parties, Quadricromia en I.K., a été créée, en juin 2009, dans le cadre du Festival Danse Balsa-Marni et les deux autres volets (So call me et Le rêve parallèle & pour après) en avril 2010, au CC Jacques Franck.

Publicités
Cet article a été publié dans Fernando Martin & Fuepalbar Cie - présentation. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s